Long-Temps

Perché sur ma fenêtre je regarde ces fantômes du quotidien, ces silhouettes qui s’agitent, qui ne se doutent de ma présence inopinée.

Par ces images, je souhaitais voir autrement ceux qui défilent devant ma fenêtre, les transformer en silhouettes difformes et méconnaissables qui s’agitent. En somme, me divertir du quotidien.

La nuit et la pose longue sont ici mes alliées. Grâce à eux nait cette jungle urbaine, difforme et méconnaissable ou le sol même semble se dilater.

Photographies exposées dans le festival inter-disciplinaire « Libres comme l’art ».

Share on